Dictée de la Journée internationale de la femme - Belfort - 7 mars 2015

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dictée de la Journée internationale de la femme - Belfort - 7 mars 2015

Message  Perceval le Dim 8 Mar 2015 - 20:40

Voici le texte de la dictée qui s'est déroulée dans le salon d'honneur de l'hôtel de ville de Belfort, samedi 7 mars, dans le cadre de la Journée internationale de la femme.
Et, de fait, ça a été leur fête !

Le premier a commis 6 fautes. Auriez-vous fait mieux ?


Ce qu’elles sont chou !

     Vous vous êtes immanquablement tous imaginé que nous magnifierions ici la gent féminine, puisque demain sera célébrée la Journée* internationale de la femme*. « Parce que je le vaux bien », soulignera la bimbo qui veut en rajouter une couche. De fait, chaque individu, du nouveau-né grassouillet au vieillard décrépit, ne se trouve-t-il pas sur terre par la grâce d’une femme ? Plutôt à cause d’elle, grommelleront les plus grincheux des misogynes sous prétexte que les hommes se sont fait bannir de l’éden (Éden) pour une reinette qu’Adam, bonne pomme, aurait cueillie sur ordre exprès d’Ève.    
 [Fin de la dictée pour les juniors]

    Mais, de ce prétendu péché originel, la femme n’a-t-elle pas conservé un lien privilégié avec la flore ? Qui n’a en effet jamais admiré un beau brin de fille avec le cœur gros comme un artichaut ? ou (Ou) une bêcheuse qui cultive l’art de se laisser conter fleurette par des amoureux transis qui poireautent jusqu’à prendre racine ? Mais que l’un d’eux, jouant les fayots, lui coure sur le haricot, et la bajoue de ce mufle sera vite décorée d’une giroflée à cinq feuilles. En revanche, quand l’enjôleuse se résout à désigner le gagnant de cette course à l’échalote – qu’il soit un muguet encore boutonneux ou un vert galant quelque peu décati –, le fruit de la passion mûrira, et la coquette, désormais toute à lui, s’épanouira dans le terreau qui les conduira à l’hyménée tant espéré.                    
[Fin de la dictée pour les seniors amateurs]

      La langue française, elle aussi, exalte l’osmose entre la femme et le végétal. Par des parallèles subtils mais sensés, l’hémérocalle jaune s’est vu convertir en belle-d’un-jour, l’ornithogale bleu en dame-d’onze-heures, et l’adiante, ornemental, en cheveu-de-Vénus. Certains cracks en orthographe chérissent alysse, qui figure dans le pays des merveilles que représente la partie des noms communs du dico qu’ils épluchent à longueur de journée. D’autres s’émeuvent devant aneth ou charlotte, qui éveillent sûrement en eux des résonances hypocoristiques. En tout cas, il semble que la plus grosse légume de l’État ait tranché : il se murmure en effet que le président souhaite introduire dans les jardins de l’Élysée ce qu’il considère comme une belle plante, et qui se nomme… gaillet !

                                                                                                   Ph. Dessouliers. Texte révisé par Daniel Malot
* Majuscule ou minuscule acceptées.

Les ouvrages de référence sont : pour l’orthographe et la prononciation, le Petit Larousse illustré 2015 et le Petit Robert 2015 ; pour la grammaire, le Dictionnaire des difficultés de la langue française par Adolphe V. Thomas (Larousse) ; pour l’orthotypographie, La majuscule, c’est capital par J.-P. Colignon (Albin Michel)

Test pour départager les ex aequo.  Les femmes à l'honneur  ! Écrivez le nom de ces femmes célèbres :
Tous : Cléopâtre, Agatha Christie, Anne Frank, Charlotte Corday, la Schtroumpfette.
Seniors : Mère Teresa, Mary Shelley, Olympe de Gouges, George Sand.
Seniors confirmés : Marilyn Monroe, Niki de Saint Phalle, Mata Hari, Jeannie Longo.
avatar
Perceval

Masculin
Nombre de messages : 120
Localisation : Plancher-Bas (Haute-Saône)
Humeur : virevoltante
Statut : Grand maître des dictées
Date d'inscription : 15/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum